En marge du Comité des signataires, s’est tenue, place Beauvau au siège du ministère de l’Intérieur, une réunion particulière tout entière dédiée au maintien de la sécurité en Calédonie en cette année 2018 de référendum et de possibles tensions : c’était une demande récurrente des Républicains calédoniens. Des renforts ont été confirmés pour le territoire ; et le Nord serait mieux doté, avec une quinzaine de gendarmes supplémentaires.

(Photo AFP / DNC)

(Photo AFP / DNC)

L’Etat aurait pris la mesure. – Cette fois, sur le papier au moins, l’Etat semble avoir pris toute la mesure de la montée de la délinquance en Nouvelle-Calédonie : « Incivilités, cambriolages et vols, toujours sur fond de très forte alcoolisation », note Gérard Collomb, le ministre de l’intérieur. Qui participait à ce rendez-vous avec les délégations calédoniennes, tout comme sa collègue de la Justice, Nicole Belloubet et la ministre des Outre-mer, Annick Girardin.

Les gendarmes entendus. – Dans le détail, et très concrètement, le ministre de l’Intérieur a décidé de la création d’une antenne de la brigade motorisée de la gendarmerie à Koné : c’était, on s’en souvient une priorité du général Christophe Marietti, énoncée dès son arrivée en Calédonie, « pour lutter plus efficacement contre toutes les formes de délinquances routières », selon ses termes. Tout comme du reste, c’était le vœu de son prédécesseur, le colonel Emmanuel Miglierina.

Plus quinze dans le Nord. – Pour le Nord, toujours, Gérard Collomb annonce la création d’une antenne de de la brigade spécialisée dans la délinquance juvénile : soit un effectif d’uniformes qui grossirait d’une quinzaine de personnes. Le ministre de l’Intérieur se montrant d’ailleurs « plutôt prometteur » à l’idée de faire « rentrer sur le territoire courant 2018, les gendarmes ou fonctionnaires de police calédoniens, actuellement affectés ailleurs sur le territoire de la République ». A juste titre, il les voit « plus sensibles et plus prompts à saisir les particularismes et spécificités » du pays.

Une brigade canine. – Parallèlement à ce dispositif, et peut-être de façon plus technique, les forces du GIPN seront « transformées » en une antenne du RAID localisée à Nouméa et aux techniques d’interventions plus en adéquation avec les risques terroristes, toujours présents et partout dans l’esprit des édiles parisiens. Une brigade canine serait également en cours de constitution.

Le Camp Est, pas oublié. – Lors de cette réunion, place Beauvau, la Garde des Sceaux a également promis d’affecter 41 surveillants supplémentaires au Camp Est, dans les deux ans qui viennent. C’était une revendication syndicale moult fois réitérée, on s’en souvient !

Réussite. – Avec ces annonces, on comprend aussi pourquoi les délégations calédoniennes ont unanimement salué l’engagement de l’Etat et qualifié de « réussite » ce XVIe Comité des signataires. Et ses à-côtés…

M.Sp